fr
fr

Quels sont les enjeux de la bioéthique ?

Ces dernières années, les progrès réalisés dans la médecine, la biotechnologie et tous les autres domaines de la science révolutionnent plusieurs aspects du quotidien. Ces développements soulèvent aussi de nombreuses interrogations relevant de la morale, de l’éthique et de la philosophie.

Comment savoir si ces technologies innovantes respectent vraiment les valeurs fondamentales du genre humain ? Comment ces découvertes influencent-elles la façon de penser et d’agir de l’homme ? Doit-on fixer des limites aux recherches scientifiques ? Toute la réflexion autour de la bioéthique cherche à répondre à ces questions et à bien d’autres encore.

Les implications éthiques, légales et sociales du développement médical 

La médecine est une discipline morale par essence. Les médecins et tout le personnel soignant pratiquent ce métier avant tout par amour des autres. Pourtant, les sciences médicales suscitent de plus en plus de questionnements liés à la bioéthique, à cause de l’évolution très rapide des techniques de soin. Ces avancées couvrent plusieurs aspects de la médecine, dont les greffes d’organes, la fin de vie, les biotechnologies appliquées à l’homme, la procréation médicalement assistée et le diagnostic prénatal, par exemple. L’apparition de ces nouveaux procédés peut créer la confusion dans le corps médical. 

La raison est simple : il n’existe pratiquement aucune référence culturelle, ni aucune jurisprudence relative à ces sujets. La bioéthique permet de poser les bonnes questions et d’identifier les éventuelles répercussions de ces découvertes scientifiques. Ce questionnement se fait évidemment selon les principes fondateurs de la bioéthique, dont la recherche permanente de la justice, le respect de l’autonomie, la bienfaisance et la préservation de la liberté. 

La bioéthique lève aussi le voile sur les implications sociales, légales et éthiques des progrès de la médecine. Dans le monde scientifique, ces travaux de recherches sont désignés sous les acronymes ELSI (Ethical, legal and social implications/issues en Amérique du Nord) ou ELSA, en Europe. 

Les implications éthiques légales et sociales de la santé 

Le questionnement éthique des techniques médicales innovantes concerne aussi les médecins, les infirmiers, les chirurgiens et tous les praticiens chargés de prodiguer des soins aux malades. Même si des travaux de réflexion bioéthique ont été réalisés en amont par les laboratoires et les centres de recherche, des doutes peuvent subsister chez le personnel soignant.

Par exemple, au cours d’un diagnostic prénatal, un gynécologue-obstétricien découvre une malformation incurable et grave du fœtus. En sa qualité de soignant, le médecin doit expliquer aux parents les options à leur disposition, sans laisser transparaître sa préférence pour l’une ou l’autre.

D’un côté, la décision de poursuivre la grossesse se justifie par les principes mêmes de la morale, dont l’égalité de tous les humains et la sacralisation de la vie. La bioéthique conduit l’analyse à un niveau supérieur, en cherchant la solution la plus acceptable sur le plan humain, psychologique, économique et social. Le praticien doit aussi tenir compte de la souffrance morale des parents en cas d’avortement et du risque d’eugénisme.

Les parents ont l’obligation d’appréhender toutes ces implications sociales, légales et éthiques avant de prendre une décision. Cela signifie que les médecins doivent aussi comprendre pleinement ces enjeux, afin de tenir leur rôle de conseiller et de soutien aux parents. Les soignants n’ont pas le droit d’influencer, ni de contredire la décision des patients, même si elle est teintée d’un point de vue religieux ou même si elle est différente des recommandations du comité national bioéthique

Pourquoi la bioéthique est-elle importante dans le domaine de la santé ? 

Les dernières avancées médicales ouvrent une multitude de possibilités aux soignants et au législateur. Devant le risque d’excès, l’État pourrait être tenté d’encadrer juridiquement les nouvelles pratiques médicales dans une loi. Seulement, cette tentation, bien que légitime, rejette les fondements mêmes de l‘éthique universelle.

La bioéthique fournit une marge de manœuvre plus large, en orientant les réflexions philosophiques, politiques et sociales en fonction de l’évolution des cultures et des techniques médicales. Avec la bioéthique, les soignants ne doivent plus trancher entre le bien et le mal. Leurs considérations portent plutôt sur plusieurs choix contradictoires, qui peuvent être qualifiés de « biens » sous différents angles. L’enjeu de la bioéthique consiste alors à mener une analyse comparative de ces solutions, en tenant compte de leurs avantages et des risques respectifs.

 Pourquoi la bioéthique est-elle importante dans les biotechnologies ? 

La question bioéthique est particulièrement pertinente dans les biotechnologies, l’une des sciences les plus dynamiques de ces dernières années. Aujourd’hui, les biotechnologies trouvent de nouvelles applications dans l’industrie agricole, le commerce biologique, la chimie verte, la cosmétologie et l’environnement, entre autres.

Dans l’agroalimentaire, les dernières avancées biotechnologiques promettent des améliorations au niveau du rendement des cultures, en boostant leur résistance aux maladies, à la sécheresse et aux parasites notamment. Sans renier les bénéfices de ces découvertes, la bioéthique incite les chercheurs et tous les acteurs concernés à réfléchir aux limites morales, humaines, économiques et sociales à ne pas franchir. 

Bioéthique et Économie 

Évidemment, la question économique est omniprésente dans la réflexion bioéthique sur le développement de la médecine et des biotechnologies. L’enjeu de la bioéthique, pour les gouvernements, les laboratoires et les citoyens, consiste à créer de la valeur avec les fruits de la recherche scientifique, sans violer les règles morales et éthiques existantes. Le défi est de taille, puisque le marché mondial de la biotechnologie a généré plus de 641 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2020. Les ventes de médicament, elles, ont dépassé 1 200 milliards de dollars la même année. 

Bioéthique et Enjeu politique 

La bioéthique revêt aussi un enjeu politique évident. En 1994, la première loi bioéthique en France a été rédigée à partir des conclusions d’un panel constitué exclusivement d’experts en biomédecine. Le texte initial a provoqué plusieurs controverses sur les questions de la bioéthique PMA, le diagnostic prénatal et le don d’organes. Les débats n’ont jamais vraiment cessé au cours des révisions de la loi bioéthique.

Dans les faits, l’acceptabilité des pratiques médicales modernes change en permanence, en fonction des nouvelles possibilités offertes par la science. Autrement dit, les règles de la bioéthique appliquées à la santé, à l’environnement et aux biotechnologies ne resteront pas immuables. Les politiques ont donc la responsabilité d’encadrer, d’animer et d’ouvrir les discussions sur l’orientation future des lois de la bioéthique.  

Quelles sont les prochaines étapes en matière de loi bioéthique ? 

La France possède une légère avance en matière de réglementations et de lois bioéthiques. La dernière version de la loi bioéthique d’août 2021 a donné lieu à plusieurs textes d’application. Ces règles encadrent notamment l’assistance médicale à la procréation, l’autoconservation des gamètes et le traitement des données et de l’identité d’un tiers donneur.Cette loi bioéthique sera évaluée par l’OPECST (Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques) avant le 2 août 2025. Pour compléter son arsenal législatif, la France initie actuellement une réflexion globale sur la question de la fin de vie. Les conclusions de cette convention citoyenne, attendues en 2023, pourraient conduire à une nouvelle modification de la loi bioéthique 2021.

Partie 3 – Bioéthique exemples

Laissez un commentaire